Rendre le peuple heureux : rapports et décrets de ventôse, institutions républicaines

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 96 pages
Poids : 86 g
Dimensions : 11cm X 17cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-35872-051-9
EAN : 9782358720519

Rendre le peuple heureux

rapports et décrets de ventôse, institutions républicaines

de

chez la Fabrique

Paru le | Broché 96 pages

Public motivé

10.00 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

textes établis et présentés par Pierre-Yves Glasser et Anne Quennedey


Quatrième de couverture

« Ne souffrez point qu'il y ait un malheureux ni un pauvre dans l'État : ce n'est qu'à ce prix que vous aurez fait une révolution et une république véritable » : cette exhortation, c'est le grand thème de Saint-Just, aussi bien dans son rapport devant la Convention le 8 ventôse an II que dans son projet d'Institutions républicaines. Il attaque les Indulgents (nous dirions les modérés), « une secte politique qui joue tous les partis ; elle marche à pas lents. Parlez-vous de terreur, elle vous parle de clémence ; devenez-vous cléments, elle vous vante la terreur ; elle veut être heureuse et jouir ». Et les décrets de ventôse prévoient que « les biens des personnes reconnues ennemies de la Révolution seront séquestrés au profit de la République » et distribués aux patriotes indigents. Dans le projet d'Institutions, Saint-Just cherche à refonder la société au profit des plus faibles - les pauvres, les enfants, les vieillards, les femmes -, à créer les conditions d'une égalité concrète, à lutter contre les formes d'oppression héritées du passé. Car - on l'a un peu oublié de nos jours - « les malheureux sont les puissances de la terre ; ils ont le droit de parler en maîtres aux gouvernements qui les négligent. »

Biographie

Pierre-Yves Glasser est philosophe et prépare un ouvrage sur les conditions de l'égalité. Agrégée de Lettres modernes et ancienne élève de l'École normale supérieure, Anne Quennedey consacre ses recherches à l'éloquence révolutionnaire.

Du même auteur : Louis-Antoine-Léon Saint-Just