Savoir et changer : lettres ouvertes à un jeune homme
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 198 pages
Poids : 225 g
Dimensions : 12cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7489-0223-5
EAN : 9782748902235

Savoir et changer

lettres ouvertes à un jeune homme

de

chez Agone éditeur

Collection(s) : Banc d'essais

Paru le | Broché 198 pages

Tout public

20.00 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'allemand par Damien Missio | préface Jacques Bouveresse | avant-propos de Marie Hermann et Jean-Jacques Rosat


Quatrième de couverture

Cette panique dans la bourgeoisie ! Ils se rendent enfin compte qu'ils ne tiennent plus les rênes et que ça ne peut plus continuer ainsi ! Ils vont consentir à ouvrir les yeux, sinon ils passent sous les roues !

Oui, Marx avait raison sur ce point : le capitalisme a élevé lui-même son fossoyeur - ils ont construit des usines, se sont étendus mais, en même temps, les ouvriers aussi ont grandi et, un jour, ça ne va plus sans eux et, un jour, ils ont eux aussi des idées libérales sous une forme compacte, quasiment en béton et, un jour, ils ont tout le pouvoir, et alors quoi ?

Dans cette série de lettres écrites en 1930 à un étudiant qui le questionnait sur son positionnement dans les débats de son époque, Döblin développe une réflexion sur le rôle des intellectuels dans la société, véritable postface politique à Berlin Alexanderplatz, dont il clarifie bien des aspects.

Méfiant vis-à-vis de Marx et de Lénine, à qui il concède les «bonnes bases» du matérialisme historique mais reproche un «messianisme pur jus», Döblin préfère affirmer les principes d'un «vrai» socialisme : liberté, rassemblement spontané des hommes, refus de toute contrainte, indignation face à l'injustice, tolérance et pacifisme.

Biographie

Né au sein de la bourgeoise juive allemande, Alfred Döblin (1878-1957) à vécu à Berlin, à Paris et aux États-Unis. Toute son oeuvre demeure largement méconnue, cachée par le succès mondial, dès sa parution en 1929, de Berlin Alexanderplatz.

Du même auteur : Alfred Döblin