Syntaxe référentielle de la composition lexicale : un profil de l'Homme grammatical
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : XVII-535 pages
Poids : 945 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-296-07572-6
EAN : 9782296075726

Syntaxe référentielle de la composition lexicale

un profil de l'Homme grammatical

de

chez L'Harmattan

Paru le | Broché XVII-535 pages

Professionnels

45.50 Disponible - Expédié sous 13 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La mémoire ou la combinatoire ou, plus familièrement, le lexique ou la règle ? Telle est la question surprenante à laquelle cet ouvrage de théorie grammaticale tente de répondre en écho aux grands débats qui ne cessent d'animer la linguistique contemporaine. Abordés sous l'angle de la cognition humaine, les mots composés sont tenus pour des objets de mémoire. Ils sont doués de sens lexical, mais leur représentation symbolique dans l'esprit langagier est de nature "synaptique" et non pas atomique. Le sens idiomatique se voyant démystifié par le fait même, noms composés et locutions verbales relèvent alors d'un même processus cognitif, celui dit de la "formation des mots" qui alimente le "logotope" de notre intellect. Fondant sa théorie sur deux axiomes puissants, soit celui de la polymorphie des "dictèmes" et celui de l'intégrité structurale du syntagme, l'auteur entreprend de naturaliser cette grammaire de telle sorte que la relation son-sens devient un état mental "émulé" par connectivité, et non plus un état final mécaniquement dérivé de projections lexicales.

Unifiés dans une même problématique, les noms composés et les locutions verbales révèlent ainsi des propriétés formelles communes essentiellement régies par la référence, d'où une syntaxe référentielle soumise à des servitudes conceptuelles probablement universelles. Cette "réingénierie" grammaticale accrédite alors l'idée féconde que la combinatoire syntaxique est indissociable de la mémoire lexicale, et vice-versa, ce qui permet de rendre compte du phénomène de l'hypostase, si prégnant dans les langues naturelles et cause majeure de polysémie. C'est grâce au holisme de son analyse que l'auteur est à même de dégager deux hypothèses majeures quant à la vraie nature du langage humain, à savoir d'une part, celle d'une dépendance structurale du sens lexical et, d'autre part, celle d'une dépendance référentielle de la structure syntagmatique. La grammaire ainsi modélisée s'inscrit massivement dans le fonctionnement cérébral de l'Homme grammatical, plutôt que de se voir présumément codée dans la séquence hélicoïdale de l'ADN propre à notre espèce. Ce résultat l'incite alors à affirmer que c'est "le sens du sens", et non "l'instinct du langage", qui gouverne l'esprit langagier. L'approche novatrice et stimulante de son point de vue saura intéresser tous ceux et celles qui se captivent pour l'approche scientifique du langage, toutes disciplines confondues.

Biographie

Philippe Barbaud est professeur honoraire de l'Université du Québec à Montréal. Il a été directeur de son département, directeur d'études associé à l'EHESS (Paris), directeur de la Revue québécoise de linguistique ainsi que membre de l'assemblée des gouverneurs de l'Université du Québec. Auteur des trois ouvrages cités en page IV, il a aussi tenu une chronique de langage pendant deux ans dans un grand quotidien du Québec et publié plusieurs dizaines d'articles scientifiques. Son expertise en matière de marques de commerce est reconnue par de nombreuses firmes d'avocats spécialisées en propriété privée.