Totem normand pour un soleil noir
facebook twitter

Totem normand pour un soleil noir

de

chez les Hommes sans épaules

Collection(s) : Peinture et parole

Paru le | Broché 175 pages

Grand format Livre broché
20.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

orné par Alain Breton


« L'oeil à l'abîme » ou à la merveille, Christophe Dauphin pense que « les utopies du coeur donnent aux mots les sommets de vivre et de rêver ». Mais il n'ignore pas que l'Histoire nous préface et nous achemine vers la grande nuit sacrificielle, que l'ombre et la lumière sont des gotons qui couchent ensemble, que l'injustice est l'un des brins de notre osier et la Beauté le masque du terrible.

« Pas un espace sans combat », pas un mot sans cri : puissance et jaillissements constants d'une inquiétude, attisée logiquement par l'énigme d'être (sans doute, pour « mourir sans rature, faudra-t-il s'habiter de rêves et de fougères »), dans sa passion ignée pour les mots qui témoignent, la poésie de Christophe Dauphin se penche autant sur les poètes disparus, notamment les amis (d'Yves martin à Senghor, de Jean Sénac à Marc Patin, Jacques Prevel et Jean-Pierre Duprey...) que sur les exclus de la société, insurrection canari, dont la révolte se trouve incarnée dans cette magnifique formule : « Mille visages en une seule pierre ». Car une incessante colère sourd de la plaie du chant d'Orphée qui hante toujours la « cité à la dérive » de sa jeunesse - loin de la misère tirée à quatre épingles où certains tribunaux du beau désespoir ont élu domicile.

Les textes de cet ensemble racontent la naissance à la poésie parmi les poubelles fracturées des « tours-totems » (« J'entre par effraction dans l'alphabet ») et l'importance de cet engagement (« Mise à nu/Mise à mort ») ; ils disent aussi l'amour du pays normand et de la Provence ; dénoncent la « République du glyphosate » ainsi que les « églises, les mosquées, les synagogues et leurs armureries », et incantent la souffrance du Gaza d'Amir Hassan, le poète palestinien. En somme, ils montrent un ciel intérieur encré par l'art, la fraternité et l'insoumission.

Il s'agit bien de survivre dans un monde confisqué, de plaider la cause des « soeurs et frères de l'arbre sec » ou des migrants, face aux « horizons noyés de matraques », de s'insurger contre la fatalité de la drogue, et d'aimer, le plus possible, le plus vite possible, le plus loin possible. À chaque fois, le poète s'invite aux « Assises du Feu ».

Le « pouvoir éruptif de cette poésie » (Paul Farellier), « La grâce de sa juste vision » (Paul Sanda) font de son auteur « un guetteur insatiable d'étoiles » (Odile Cohen-Abbas), « celui qui ne recule pas » (Adeline Baldacchino), attentif « à toutes les formes possibles de l'obtention de la parole heureuse » (Gabrielle Althen). Le lecteur pourra apprécier les sourires et sanglots de sa démesure, la générosité qui s'en dégage, sa violence verbale au service du diamant.
Ces poèmes expriment le goût pour le travail de la langue, l'attachement aux paysages de Normandie et de Provence, ainsi que la colère contre les religions et le fanatisme. Le poète plaide en faveur d'un monde plus fraternel et se révolte contre le saccage du vivant. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 175 pages
Poids : 308 g
Dimensions : 15cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-912093-67-7
EAN : 9782912093677

Du même auteur : Christophe Dauphin