Toutes blessent, la dernière tue
facebook twitter

Toutes blessent, la dernière tue

vulnerant omnes, ultima necat

de

chez Belfond

Paru le | Broché 735 pages

Grand format Livre broché
21.90 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Maëlle Penaud Librairie Thuard (Le Mans)

L’esclavage moderne paraît inimaginable de nos jours. Cependant, ce récit pourrait bien être une réalité et c’est terrifiant. Tama, 8 ans, est vendue à une famille française comme « bonne ». Réduite à vivre dans un cagibi, elle subit quotidiennement le travail forcé, l’indifférence, les brimades et la violence sans possibilité d’éducation. En parallèle, Gabriel, un homme sombre vivant reclus et au passé douloureux, garde en otage une jeune femme blessée et amnésique. Ces deux personnages vivent un calvaire différent et on se doute que leurs chemins vont se croiser. Mais quels sont les liens qui vont les unir ? C’est de cette façon que Karine Giebel aborde astucieusement ses thèmes de prédilection : la rédemption, la vengeance avec des anti-héros humains et très attachants. Toutes les heures blessent dans cette histoire en référence à la citation latine « Vulnerant omnes, ultima necat ». On espère tout au long du récit que leur dernière heure viendra baignée de lumière. On tourne les pages avec fébrilité et tension afin de découvrir si Tama trouvera sa liberté, la sécurité et le courage de se battre encore et encore. Car là est bien le talent de Karine Giebel, elle a un don tout particulier pour susciter notre empathie et faire naître l’espoir grâce à l’infinie beauté qui émane des combats de ces destins tragiques. Par l’originalité de ses histoires, sa force d’écriture et son sens de la formule, elle dresse le portrait d’une figure féminine inoubliable et se place comme une auteure de thriller incontournable dans le paysage français. Les inconditionnels ne seront pas déçus et pour ceux qui ne la connaissent pas encore, je n’aurais qu’une chose à dire : foncez ! Quand on aime les polars, on ne peut pas passer à côté de cette auteure formidable.

Maman disait de moi que j'étais un ange.

Un ange tombé du ciel.

Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais...

Je connais l'enfer dans ses moindres recoins.

Je pourrais le dessiner les yeux fermés.

Je pourrais en parler pendant des heures.

Si seulement j'avais quelqu'un à qui parler...

Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin...

Frapper, toujours plus fort.

Les détruire, les uns après les autres.

Les tuer tous, jusqu'au dernier.

Gabriel est un homme qui vit à l'écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.

Un homme dangereux.

Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui.

Une jeune femme blessée et amnésique.

Qui est-elle ? D'où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !

Parce que bientôt, tu seras morte.
Malgré son asservissement et la cruauté de son entourage, Tama garde un fond d'espoir né de l'amour de sa mère, qui lui répétait toujours qu'elle était un ange. Gabriel, homme solitaire, étrange et sans pitié, peut changer son destin. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 735 pages
Poids : 705 g
Dimensions : 14cm X 23cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7144-7950-1
EAN : 9782714479501

Du même auteur : Karine Giebel