Trois filles d'Eve
facebook twitter

Trois filles d'Eve

de

chez Flammarion

Collection(s) : Littérature étrangère

Paru le | Broché 476 pages

Grand format Livre broché
22.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais par Dominique Goy-Blanquet


Chronique Page des libraires, rédigée par Lionel Daubigney Librairie Aux vents des mots (Gardanne)

Istanbul, printemps 2016. Nazperi Nalbantoglu, surnommée Peri, est invitée dans une maison luxueuse de la haute bourgeoisie d’Istanbul : « balcons en fer forgé, escalier de marbre blanc, fontaines en mosaïque, caméras de haute surveillance, portails électriques, haies de fils barbelés ». « Le dernier souper de la bourgeoisie turque », comme l’explique l’auteure. Les invités, tous plus « importants » les uns que les autres, exhibent leur réussite, distillent leurs préjugés et leur ignorance, laissent échapper leurs peurs et leurs rancœurs, éructent. « Dans les soirées privées, la bourgeoisie stambouliote n’était jamais lasse de se déchaîner contre la politique, comme pour compenser leur silence à l’extérieur. » Des événements qui se sont déroulés avant son arrivée vont conduire la jeune femme à se plonger dans son passé. Sa jeunesse d’abord, tiraillée entre un père laïc qu’elle adorait et une mère très pieuse qui ne l’aimait pas (ou en tout cas qui ne le montrait pas), entre un frère militant marxiste et un autre, intégriste religieux. Puis ces années d’étudiantes à Oxford, à repenser à ses deux amies Shirin, la jeune Iranienne émancipée, et Mona, la jeune musulmane pratiquante et féministe. Trois filles donc, qui par moments pourraient n’en faire qu’une, comme un symbole de la richesse, de la complexité, de la fragilité, du manque de perspective mais aussi du potentiel de la jeunesse. Critique féroce des mœurs de la bourgeoisie stambouliote, de son absence de courage politique, de son incapacité à prendre son destin en main, ce roman est également une description de la montée et de l’importance croissante des intégrismes religieux et de l’oppression faite, en particulier, aux femmes.

Mariée à un riche promoteur, Peri assiste à un grand dîner dans une somptueuse villa du Bosphore. Au cours du repas, chacun commente les événements dramatiques que traverse la Turquie pendant qu'elle repense à sa jeunesse, à l'affrontement entre son père laïc et sa mère très pieuse, puis étudiante à Oxford entre ses deux amies : Shirin, Iranienne émancipée, et Mona, musulmane pratiquante et féministe. Elle se remémore aussi sa rencontre avec Azur, le flamboyant professeur de philosophie qui les a réunies. Cette soirée pas comme les autres fera ressortir les contradictions de la femme d'aujourd'hui et les impasses dans lesquelles se débat une société coincée entre tradition et modernité.

Elif Shafak signe une satire violente de la bourgeoisie stambouliote comme du fanatisme religieux, également aveugles aux aspirations d'une jeunesse en quête de vérité et de liberté.
Au cours d'un dîner bourgeois dans une villa du Bosphore, les invités parlent des événements dramatiques que subit le pays. Ces conversations déclenchent chez une des invitées, Péri, mariée à un riche promoteur, les souvenirs de ses aspirations et débats en tant que jeune fille et lui font ressentir les contradictions et les impasses qu’elle vit en tant que femme d'aujourd'hui. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 476 pages
Poids : 512 g
Dimensions : 15cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-08-139568-8
EAN : 9782081395688

Du même auteur : Elif Shafak