Un billet d'avion pour l'Afrique : mémoires

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 258 pages
Poids : 142 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-253-16226-1
EAN : 9782253162261

Un billet d'avion pour l'Afrique

mémoires

de

chez Le Livre de poche

Collection(s) : Le Livre de poche

Paru le | Broché 258 pages

Poche
7.30 Disponible - Expédié sous 4 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné


Les libraires en parlent

Chronique Page des libraires, rédigée par LEMOINE CHRISTINE, Librairie VIOLETTE AND CO, Paris

Nous sommes dans les années 1960 aux États-Unis, en plein essor du mouvement noir et alors que les divisions entre les tenants des droits civiques pacifistes et les révolutionnaires radicaux s’exacerbent. Maya Angelou s’est éloignée de Martin Luther King et, après un séjour au Caire, veut rejoindre le Liberia où des descendants d’esclaves se sont installés. C’est finalement au Ghana qu’elle intègre une communauté d’immigrants qui, dans une démarche politique pleine d’espoir, espèrent « se retrouver à la maison ». L’Afrique sort de la colonisation, mais comment fait-elle face à son passé ? Se souvient-elle de ces femmes et de ces hommes qui ont été arrachés à leur terre ou vendus par leurs pairs pour devenir esclaves de l’autre côté de l’Atlantique ? Maya côtoie des Ghanéens, noue des amitiés, veut participer à l’essor du pays, mais elle sent « la terrible nostalgie du foyer ». Sa rencontre avec Malcolm X sera déterminante pour son avenir. Avec sa verve, son honnêteté et son humour, l’écrivaine pose les vraies questions auxquelles sont confrontés les Africains-américains depuis plusieurs siècles.

Quatrième de couverture

En 1962, Maya Angelou, de passage à Accra avec son fils, tente l'expérience du «retour» en Afrique. À l'époque, le Ghana, dirigé par Kwame Nkrumah, lutte pour l'émancipation du continent noir et fait figure de «terre promise» aux yeux des Noirs américains en quête de leurs racines.

L'expérience se révèle difficile pour bien des membres de la diaspora, incapables de communiquer avec les Ghanéens et blessés par l'indifférence ou la méfiance que ceux-ci leur témoignent. Maya, qui trouve un emploi et apprend le fanti, rencontre notamment Malcolm X, Muhammad Ali et W.E.B. Du Bois pendant son séjour.

En 1964, plus combative que jamais, elle prendra un billet d'avion pour l'Amérique.

Du même auteur : Maya Angelou