Un centaure au crépuscule : Alexis L'Hotte (1825-1904)
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 176 pages
Poids : 182 g
Dimensions : 12cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-330-06062-6
EAN : 9782330060626

Un centaure au crépuscule

Alexis L'Hotte (1825-1904)

de

chez Actes Sud

Collection(s) : Arts équestres

Paru le | Broché 176 pages

Tout public

19.00 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Un centaure au crépuscule

Le général Alexis L'Hotte (1825-1904) passe pour le plus orthodoxe promoteur de l'équitation classique française, aujourd'hui inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité. Élève chéri de deux fameux écuyers antagonistes, François Baucher, « l'artiste sublime », et le comte d'Aure, « le plus parfait centaure », L'Hotte se voit crédité d'une synthèse illusoire de l'enseignement des deux maîtres.

En vérité, il a pioché chez l'un et chez l'autre au gré des situations. Son « Calme, en avant, droit » oriente une quête ; il ne fonde pas une méthode.

Beau, élégant jusqu'à la coquetterie, sobre et précis, L'Hotte subjugua tous les cavaliers qu'il eut à former, à Saint-Cyr comme à Saumur. Il fascina la cour impériale et se fit de Lyautey un admirateur indéfectible... Il demeura néanmoins un maître avare de conseils. Quand il mettait pied à terre, c'était aussitôt pour prendre des notes, debout à son plan de travail, solitaire et silencieux. Et, paradoxalement, cette distance accrut son prestige. Pour le reste, le général ne combattit jamais. Il n'en fut pas moins autorisé à prononcer des avis définitifs - et parfois parfaitement rétrogrades - sur les nécessaires mutations de la cavalerie militaire... Jamais il ne pressentit le naufrage de la civilisation équestre.

Cependant, l'impeccable parcours de l'écuyer se confond avec l'histoire de la question équestre au XIXe siècle. Or jamais jusqu'alors ladite question n'avait à ce point obnubilé les esprits. En effet, le paradoxe mérite d'être relevé, le « siècle de l'industrie » fut aussi, et d'abord, presque, celui du cheval.

Biographie

Éditeur d'art, historien, Nicolas Chaudun est l'auteur, chez Actes Sud, d'une biographie du baron Haussmann (2009) et de deux récits historiques : L'Été en enfer (2011), plusieurs fois primé, et Le Brasier (2015), élu meilleur livre d'histoire de l'année 2015 par le magazine Lire. Son essai consacré au portrait équestre dans la peinture occidentale, La Majesté des centaures, avait par ailleurs obtenu le prix Pégase en 2007.

Du même auteur : Nicolas Chaudun