Une joie féroce
facebook google+ twitter

Une joie féroce

de

chez Grasset

Paru le | Broché 315 pages

Grand format Livre broché
20.90 En stock - Expédié sous 24h
Ajouter au panier Frais de livraison

Une joie féroce

Sur mon carnet bleu j'ai écrit : « C'est l'histoire de quatre femmes. Elles se sont aventurées au plus loin. Jusqu'au plus obscur, au plus dangereux, au plus dément. Ensemble, elles ont détruit le pavillon des cancéreuses pour élever une joyeuse citadelle. »

S. C.
Libraire pudique et discrète, Jeanne est brusquement animée par une rébellion intérieure lorsque son médecin lui détecte une tumeur cancéreuse au sein. Métamorphosée, elle découvre alors la véritable liberté, l'urgence de vivre, et goûte à l'ivresse de l'insoumission et de l'illégalité aux côtés de Brigitte, Mélody et Assia. ©Electre 2019

Yann Caroff le 02/09/2019

Fureur de (sur)vivre

Le dernier livre de Sorj Chalandon "Une joie féroce" est une fiction, qui fait la place belle à l’action et pour une fois, aux femmes. Ayant toujours dépeint des univers d’hommes dans son oeuvre, que ce soit dans le contexte de la guerre, de la mine, des copains d’enfance ou son rapport au père, Sorj se rattrape. Ecrit à la première personne et au féminin, l’exercice est périlleux et j’avoue avoir passé la première moitié du livre à ne pas croire à ce je-là, car à force de lire ses livres, ce sont sa voix et son visage qui m’apparaissent en filigrane. Peut-être aussi que je me méfie de cette démarche parce que je crains l’émergence dans le récit d’inévitables stéréotypes, et d’un manque de subtilité, parce qu’on ne s’improvise pas femme… Seules les lectrices seront en mesure de juger si la finesse des portraits est au rendez-vous, mais pour ma part, je trouve que Sorj s’en sort plus qu’honorablement. A l’inverse, les quelques hommes du récit ne donnent pas lieu de se réjouir. Entre un mari d’une lâcheté consternante et le receleur, ne reste qu’un flic indulgent pour sauver le genre masculin. “Une joie féroce” n’est pas sans rappeler la série "La casa de papel". Outre le point de vue de la narratrice comme dans la série, il y est question d'un braquage, de braqueuses d'origines diverses, d'un plan au millimètre, et de braqueurs atteints de maladie grave. Le recours au flashback juste après la scène du braquage d'ouverture m'y fait aussi penser par la forme. Et je dois dire que j'apprécie bien cette approche plus orientée fiction cinématographique qu'à l'habitude dans l'écriture de Sorj, une approche à laquelle je ne m’attendais pas trop. Jusqu'à présent, à une exception près (La promesse), chaque livre de son oeuvre comportait soit des éléments autobiographiques (l'Irlande, le rapport au père, à l'enfance), soit un aspect documentaire (le Liban, un coup de grisou). Sorj a déjà participé à l'écriture d'une série télévisée (Reporters), peut-être cette joie féroce en est-il une sorte de résurgence ? La comparaison s'arrête là cependant. On retrouve très vite cette sensibilité qui imprègne chacun de ses livres depuis le début. Le livre regorge de phrases qui touchent, de tournures enceintes de poésie, et d’observations fines. C’est ce que pour ma part j’attends d’un écrivain: qu’il m’élève, par la beauté, par l’esthétique, par ce qu’il a à m’apprendre et par le sens du détail. “Une joie féroce” est une belle tranche de vie, de survie même, le récit d’un acte héroïque, d’une fureur de vivre au féminin. 

Et je pose déjà une option sur le prochain livre de Sorj.

Format : Broché
Nb de pages : 315 pages
Poids : 315 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-246-82123-6
EAN : 9782246821236

Du même auteur : Sorj Chalandon