Ville conquise
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 278 pages
Poids : 282 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-08-124874-8
EAN : 9782081248748

Ville conquise

de

chez Climats

Collection(s) : Roman Climats

Paru le | Broché 278 pages

18.30 Indisponible

préface de Richard Greeman


Quatrième de couverture

Ville conquise

Ville conquise, écrit à Leningrad en 1931 et expédié par fragments en France pour y être publié, est le plus âpre et le plus sombre des premiers romans de Victor Serge.

Il retrace les douze mois dramatiques d'une grande ville assiégée et déchirée de l'intérieur par la lutte entre révolution et contre-révolution. Des tableaux au réalisme cru égrènent le tic-tac révolutionnaire : un meeting d'ouvriers au bord du désespoir dans une usine géante au chômage, une gare submergée par les flots de réfugiés, des tchékistes de l'hôtel Astoria au travail tard dans la nuit, le jour naissant sur le champ de bataille de la guerre civile, un nid de truands orientaux anarchistes, une prison bondée de coupables et d'innocents attendant leur exécution...

Bienvenue dans le monde romanesque de Victor Serge. C'est un vaste monde, comprenant la Russie, plusieurs pays d'Europe (France, Espagne, Allemagne), et le Mexique. Il grouille de personnages de toutes classes, situés des deux côtés de la guerre sociale - révolutionnaires et contre-révolutionnaires, fonctionnaires, poètes, bandits, concierges -, tous soulevés par le même ouragan. Au coeur de ce monde se retrouvent les camarades - cette fraternité de militants et de révolutionnaires que Serge appelle « l'internationale invisible ».

Biographie

La trilogie de romans édités chez Climats - Les Hommes dans la prison, Naissance de notre force et Ville conquise - reflète la vie aventureuse du révolutionnaire Victor Serge. Né à Bruxelles de parents russes anti-tsaristes en 1890, il s'engage à quinze ans dans l'anarchisme. Emprisonné en 1912, à la suite de l'affaire des « bandits tragiques », expulsé de France en 1917, il rejoint Barcelone puis Petrograd. Opposant inconditionnel au régime totalitaire, Serge est à nouveau arrêté en 1928, puis relâché par Staline en 1936 grâce à l'intervention de Romain Rolland. De retour en Europe, il dénonce les procès de Moscou, s'engage avec le Poum dans la révolution espagnole, et traduit Trotski. En juin 1940, il quitte Paris, rejoint Marseille aux côtés de Varian Fry et d'André Breton, puis s'exile au Mexique, où il meurt dans la misère en 1947.

Du même auteur : Victor Serge